Les pays d'Afrique de l'Ouest interdisent les `` pires '' voitures européennes d'occasion - BreatheLife2030
Mises à jour réseau / Nairobi, Kenya / 2021-01-07

Les pays d'Afrique de l'Ouest interdisent les `` pires '' voitures européennes d'occasion:

15 pays d'Afrique de l'Ouest annoncent des exigences minimales pour les véhicules d'occasion. des politiques collectives et des normes de qualité minimales harmonisées qui garantiront que les véhicules d'occasion contribuent à des flottes plus propres et plus sûres dans les pays en développement.

Nairobi, Kenya
Forme Créé avec Sketch.
Temps de lecture: 3 minutes

Écrit par Antoaneta Roussi

Une Mercedes-Benz 1980D des années 190 se hâte entre deux gros bus-taxis à Banjul, la capitale de la Gambie: pare-chocs renversé, phares éteints, rétroviseurs extérieurs suspendus à un fil. La voiture est l'une des tristement célèbres «flotte zombie» de voitures européennes d'occasion, vendues dans la région à bas prix et utilisées jusqu'à leur tout dernier souffle.

L'Afrique est l'un des plus grands marchés de véhicules d'occasion au monde en raison en partie du manque de systèmes de transport public. Dans les grandes villes, les taxis publics, également connus sous le nom de matatus, dala dalas, kia kias ou motos-taxis appelés okadas et boda bodas, constituent le seul moyen de transport en dehors des voitures privées. Avec l'ONU projetant que la population du continent atteindra 2 milliards d'ici 2050 et l'urbanisation rapide se produisant partout, le nombre de véhicules d'occasion dans les villes africaines devrait doubler, et avec eux, les émissions de carbone.

«Le nettoyage du parc automobile mondial est une priorité pour atteindre les objectifs mondiaux et locaux en matière de qualité de l'air et de climat», a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE, qui a publié en octobre un Aperçu mondial des véhicules légers d'occasion. «Au fil des ans, les pays développés ont de plus en plus exporté leurs véhicules d'occasion vers les pays en développement; parce que cela se produit en grande partie non réglementé, c'est devenu l'exportation de véhicules polluants.

Entre 2015 et 2018, 14 millions de véhicules d'occasion ont fait le tour du monde. Environ 80% d’entre eux sont allés dans des pays en développement, dont plus de la moitié en Afrique. L'UE était responsable de la part du lion du commerce, avec 54 pour cent, suivie du Japon avec 27 pour cent et des États-Unis avec 18 pour cent.

Les Pays-Bas, l'un des principaux exportateurs en Europe, ont expédié 35,000 véhicules en Afrique de l'Ouest rien qu'en 2017-2018, dont la plupart n'avaient pas de certificat de contrôle technique valide et avaient près de 20 ans. Leur transfert vers l'Afrique est non seulement dangereux en termes d'accidents de la route, mais également à blâmer pour l'aggravation de la pollution atmosphérique, qui entrave les efforts du gouvernement pour atténuer le changement climatique et améliorer la santé publique.

Avec la publication des résultats, 15 pays d'Afrique de l'Ouest ont annoncé qu'ils introduiraient des exigences minimales pour les véhicules d'occasion en janvier 2021, ce qui signifie que plus de 80% des véhicules en provenance des Pays-Bas ne seront plus acceptés.

Thiago Herick de Sa, responsable technique de la santé urbaine et des transports pour l'Organisation mondiale de la santé, a déclaré que le développement était une étape positive, mais qu'une discussion plus large était nécessaire sur la façon dont nous voyons la mobilité future étant donné que les communautés les plus pauvres étaient souvent concentrées dans les zones les plus éloignées. loin des services de la ville.

«À moins que nous ne nous attaquions à la ségrégation spatiale et au manque d'accès aux transports publics dans les villes, la demande de voitures et de motos bon marché et de mauvaise qualité continuera d'exister», a-t-il déclaré. «De même, la conversation sur les véhicules d'occasion ne doit pas se concentrer uniquement sur la réglementation, mais aussi sur le type de ville que nous voulons avoir et le rôle que les véhicules privés auront dans la mobilité de cette ville. Les systèmes de mobilité durable et sains sont ceux qui donnent la priorité à la marche, au vélo et aux transports publics. »

Aujourd'hui, le secteur mondial des transports représente près du quart des émissions de gaz à effet de serre liées à l'énergie, les véhicules étant une source majeure de particules fines (PM2.5) et d'oxydes d'azote (NOx) - polluants très graves pour la santé humaine. Dans ce contexte, le rapport du PNUE appelle à des politiques collectives et à des normes de qualité minimales harmonisées qui garantiront que les véhicules d'occasion contribuent à des flottes plus propres et plus sûres dans les pays en développement.

«Les pays développés doivent cesser d'exporter des véhicules qui échouent aux inspections environnementales et de sécurité et ne sont plus considérés comme en état de marche dans leur propre pays, tandis que les pays importateurs devraient introduire des normes de qualité plus strictes», a déclaré Andersen.

Le gouvernement néerlandais a publié son propre rapport dans Véhicules d'occasion exportés vers l'Afrique. Il a constaté qu'outre les problèmes de maintien en fonctionnement des vieilles voitures, il n'y avait pas suffisamment d'installations en Afrique pour les démonter de manière sûre. En harmonisant les réglementations entre les pays exportateurs et importateurs, les véhicules seraient plus efficacement classés comme déchets, les laissant pour le recyclage en Europe, ce qui contribuerait à une économie circulaire en préservant les matières premières précieuses.

«Les Pays-Bas ne peuvent pas résoudre seuls ce problème», a déclaré Stientje Van Veldhoven, ministre néerlandais de l'Environnement. «J'appellerai à une approche européenne coordonnée et à une coopération étroite entre les gouvernements européens et africains, pour garantir que l'UE n'exporte que des véhicules adaptés et conformes aux normes fixées par les pays importateurs.»

La Coalition pour le climat et l'air pur commandera une étude similaire en 2021, axée sur les véhicules lourds et les moteurs, et les cadres réglementaires dans les pays exportateurs et importateurs à mettre en œuvre par le PNUE.

Les camions et bus diesel contribuent fortement à la pollution de l'air et sont utilisés encore plus longtemps dans les pays en développement. Il y a une dynamique mondiale pour passer à des véhicules sans suie dans de nombreux pays développés, il y a donc un risque que les camions et les bus plus anciens finissent par polluer les pays en développement.