Mises à jour du réseau / Dans le monde / 2021-11-02

Une législation est nécessaire pour lutter contre la pollution de l'air :

International
Forme Créé avec Sketch.
Temps de lecture : 6 minutes

La pollution de l'air est la plus grande menace environnementale pour la santé publique dans le monde. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment publié des recommandations plus strictes sur les niveaux de pollution de l'air sans danger, dans le but de réduire les millions de décès prématurés et la perte de millions d'années de vie en bonne santé causées par la pollution de l'air. Une nouvelle étude a indiqué que la pollution de l'air causé 1.1 million de décès en Afrique en 2019 et, à l'échelle mondiale, il cause plus de 7 millions de décès par an.

La question sera un élément important du Sommet des Nations Unies sur les changements climatiques, connu sous le nom de COP26, qui démarre au Royaume-Uni à la fin de la semaine.

Un Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) rapport présente les progrès de nombreux pays dans la lutte contre la pollution atmosphérique par le biais de la législation, mesurés par rapport à un modèle de gouvernance de la qualité de l'air robuste développé dans le cadre de la recherche.

Nous nous sommes assis avec Patricia Kameri-Mbote, l'expert principal en droit de l'environnement et en gouvernance au PNUE, pour discuter des principales conclusions du rapport, qui pourraient aider les pays à élaborer des normes mondiales ambitieuses de qualité de l'air.

PNUE : La pollution de l'air tue 7 millions de personnes par an, plus que le COVID-19, du moins selon les chiffres officiels. Pensez-vous que les pays prennent suffisamment au sérieux la menace de la pollution atmosphérique ?

Patricia Kameri-Mbote : Eh bien, le rapport conclut que malgré l'augmentation des lois et règlements pour lutter contre la pollution de l'air, la qualité de l'air continue de se détériorer. Ainsi, alors qu'il y a clairement un effort de certains pays pour lutter contre la pollution de l'air, il faut mettre davantage l'accent sur les efforts à l'échelle mondiale. Bien que le rapport attire de manière importante l'attention sur les progrès réalisés dans de nombreux pays, des défis importants subsistent si nous voulons protéger la santé et le bien-être humains et faire face à la triple crise planétaire.

PNUE : Plus tôt cette année, un tribunal a refusé d'extrader un homme en raison de préoccupations concernant la qualité de l'air. Pourquoi cette décision était-elle importante?

PKM: Cette décision de la cour administrative d'appel de Bordeaux, en France, est en effet significative car c'est la première fois que la pollution est prise en compte dans une décision. Le tribunal français a décidé que, compte tenu des niveaux extrêmes de pollution de l'air dans le pays d'origine de l'homme, le renvoyer là-bas mettrait en danger sa santé déjà fragile. Dans cette affaire, le tribunal établit un lien direct entre la vie humaine et l'environnement et, ce faisant, renforce l'agenda plus large sur le droit à un environnement sain. Alors que de nombreux pays ont établi des normes de qualité de l'air ambiant, elles ne garantissent pas le droit de chaque personne d'être protégée contre les dommages environnementaux, y compris la pollution de l'air. L'affaire peut donc constituer une bonne base pour inciter les pays dont la législation en matière d'environnement et de santé est moins développée à accélérer les promulgations relatives au droit à un environnement sain.

PNUE : Une étude du PNUE du début du mois a révélé qu'un pays sur trois n'a pas de normes de qualité de l'air légalement mandatées. Cela contribue-t-il au nombre de morts de la pollution atmosphérique?

PKM: La plupart des pays étudiés dans le rapport ont des normes de qualité de l'air dans un instrument législatif. Bien que cela indique une tendance mondiale à légiférer sur les normes de qualité de l'air, de nombreux régimes nationaux de qualité de l'air n'ont toujours pas les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs de santé publique ou de santé des écosystèmes. La législation établissant des normes de qualité de l'air est importante pour réduire les impacts de la pollution atmosphérique sur le public et l'environnement. La législation peut permettre aux citoyens de tenir les institutions gouvernementales responsables de la qualité de l'air. Il peut également établir des processus de surveillance, d'application et de participation du public au contrôle de la qualité de l'air qui pourraient avoir des impacts significatifs sur l'amélioration de la qualité de l'air.

Il existe également de nombreuses raisons pour lesquelles les normes de qualité de l'air ne sont pas incorporées dans la législation. Comme l'admettent les lignes directrices de 2005 de l'Organisation mondiale de la santé, l'une d'entre elles est le manque de priorité accordée à la santé publique dans la législation sur la qualité de l'air. De nombreux pays ne perçoivent pas non plus la qualité de l'air comme un problème.

PNUE : La science est claire : la pollution de l'air tue. Pourquoi pensez-vous que tant de pays n'ont toujours pas de lois régissant la qualité de l'air ?

PKM: Intégrer des normes de qualité de l'air dans la législation est une tâche ardue pour les pouvoirs publics. Ils doivent faire des choix sociaux et économiques pour répondre aux normes de qualité de l'air, au-delà des exigences d'évaluation et d'information.

De plus, sans un régime international sur les normes de qualité de l'air, le fait d'avoir de nombreuses lois nationales différentes pourrait également être un obstacle à l'adoption d'approches contemporaines. De nombreux pays ont besoin d'orientations supplémentaires.

PNUE : Le rapport a révélé que même dans les pays ayant des lois sur la qualité de l'air dans les livres, la plupart de celles-ci ne répondent pas aux normes définies par l'OMS. Pourquoi les lois de tant de pays sont-elles relativement édentées ?

PKM: Ces valeurs directrices fixées par l'OMS ne sont pas censées lier les États. Ils ont été conçus pour protéger la santé humaine des effets nocifs de la pollution atmosphérique. Le rapport constate que la pollution de l'air intérieur et extérieur est « l'une des principales causes évitables de maladies et de décès dans le monde, et le plus grand risque pour la santé environnementale au monde ». Ils sont « une cause d'inégalités sanitaires mondiales, affectant en particulier les femmes, les enfants et les personnes âgées, ainsi que les populations à faibles revenus ». Ainsi, suivre les directives de l'OMS est une question de santé publique.

Les directives de l'OMS reflètent un degré élevé de consensus scientifique, ce qui leur confère une autorité mondiale. Les pays peuvent les utiliser comme référence pour éclairer la législation et les politiques. Dans certains cas, les normes de qualité de l'air dans les lois nationales ne sont pas conformes aux directives de l'OMS sur la qualité de l'air. Cela peut refléter un processus de transition vers des normes plus strictes au fil du temps, sous réserve des circonstances politiques et économiques.

PNUE : Dans votre esprit, à quoi devraient ressembler les lois sur la qualité de l'air ? En d'autres termes, quels sont les éléments essentiels d'une bonne qualité de l'air ?

PKM: Les lois sur la qualité de l'air devraient suivre un solide système de gouvernance de la qualité de l'air éclairé par la science. En d'autres termes, ils devraient fixer des exigences en matière de responsabilité institutionnelle, de suivi, de responsabilité, de planification et de sanctions, ainsi que de participation du public et de droits de l'homme.

PNUE : Comment les pays peuvent-ils améliorer leurs lois sur la qualité de l'air ?

PKM: La Division juridique du PNUE travaille avec les pays pour élaborer, mettre en œuvre et renforcer les lois et les institutions pour la gestion de l'environnement et le développement durable. À travers le cinquième Programme de droit de l'environnement de Montevideol'épine dorsale numérique de, Plateforme d'aide au droit et à l'environnement du PNUE (LEAP), les pays peuvent soumettre des demandes d'assistance juridique technique pour améliorer leurs lois sur la qualité de l'air. Le PNUE est prêt à fournir une assistance technique juridique aux pays pour faire face à la crise de la pollution atmosphérique dans le cadre du Programme de Montevideo.

PNUE : Les sceptiques pourraient dire que le durcissement des lois sur la qualité de l'air pèsera sur l'industrie, entravera l'économie et entraînera des pertes d'emplois. Qu'est-ce que tu dis à ça ?

PKM: Le PNUE et d'autres parties prenantes ont plaidé pour le passage d'une économie basée sur le carbone à une économie verte. Dans une économie verte, la croissance de l'emploi et des revenus est tirée par des investissements publics et privés qui permettent de réduire les émissions de carbone et la pollution, d'améliorer l'efficacité énergétique et des ressources et de prévenir la perte de biodiversité. Le resserrement des lois sur la qualité de l'air contribuerait à ce changement et à la réalisation des objectifs de développement durable, y compris ODD 8 sur le travail décent et la croissance économique.

PNUE : Parallèlement aux lois, je soupçonne que leur application est importante. Les lois sur la qualité de l'air sont-elles simplement ignorées dans de nombreux endroits ? Si oui, comment les pays peuvent-ils s'assurer qu'ils sont appliqués ?

PKM: Les mécanismes d'application visant à garantir le respect des normes de qualité de l'air peuvent être complexes à concevoir. Pourtant, de nombreuses approches intéressantes de l'application de la loi adoptées par certains pays montrent des options possibles à explorer pour d'autres.

PNUE : La pollution de l'air traverse les frontières, donc la pollution dans un pays peut affecter les gens dans un autre. Existe-t-il des accords internationaux sur la pollution de l'air ?

PKM: Oui il y en a. Le rapport du PNUE montre que nous avons besoin d'une coopération entre les pays pour contrôler efficacement la pollution atmosphérique au-delà des frontières. Certains traités mondiaux sur la pollution de l'air comprennent le Convention de Vienne, Protocole de Montréal, Convention sur les changements climatiques, Protocole de Kyoto, Accord de Paris, Convention de Stockholmainsi que, Convention de Minamata sur le mercure. Au niveau régional, il existe également un Traité paneuropéen sur la pollution atmosphérique, qui a particulièrement réussi à encourager les pays européens à adopter des lois sur la pollution atmosphérique transfrontalière.

PNUE : Quelle est l'importance des accords internationaux dans la lutte contre la pollution atmosphérique ? Et y a-t-il une volonté politique pour que cela se produise ?

PKM: Il ne fait aucun doute qu'un accord international pourrait aider, mais en fin de compte, ce sera aux gouvernements. Comme je l'ai déjà dit, notre rapport constate que sans un régime international sur les normes de qualité de l'air, le fait d'avoir de nombreuses lois nationales différentes pourrait également être un obstacle à l'adoption d'approches contemporaines.

Actuellement, aucun traité international n'oblige ou n'encourage les pays à adopter des normes de qualité de l'air. Le rapport constate qu'il y a lieu de conclure un traité mondial complémentaire.

PNUE : Dans de nombreux pays, en particulier dans les pays en développement, la pollution de l'air s'aggrave. Êtes-vous optimiste quant au fait que l'humanité peut s'attaquer à ce problème ?

PKM: Oui, je suis optimiste ! Pour lutter contre la pollution de l'air, nous devons agir vite et ensemble. Le renforcement des lois et réglementations sur la qualité de l'air est une action politique clé pour améliorer considérablement la qualité de l'air. Le rapport souligne que l'air ambiant n'est pas encore légalement protégé partout. Si nous soutenons les pays afin que tous aient des lois solides sur la qualité de l'air, nous pouvons améliorer la qualité de l'air à l'échelle mondiale. Nous pouvons y parvenir ensemble, sans laisser personne de côté.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Lais Paiva Siqueira : [email protected], Allan Méso : [email protected] ou Renée Gift : [email protected]