Mises à jour du réseau / Afrique / 2022-11-18

37 solutions pour l'Afrique :
Évaluation intégrée de la pollution atmosphérique et du changement climatique pour le développement durable en Afrique

L'évaluation de l'Union africaine, du CCAC, du PNUE et du SEI montre comment les dirigeants africains peuvent agir dans les domaines du transport, du résidentiel, de l'énergie, de l'agriculture et des déchets pour lutter contre le changement climatique, prévenir la pollution de l'air et protéger la santé humaine.

Afrique
Forme Créé avec Sketch.
Temps de lecture : 5 minutes

Vue d’ensemble

La pollution de l'air et le changement climatique forment un duo mortel pour l'Afrique et doivent être combattus ensemble. Les polluants atmosphériques et les gaz à effet de serre partagent souvent les mêmes sources et peuvent être encore plus dangereux lorsqu'ils sont combinés. L'Afrique est particulièrement vulnérable au changement climatique. Actuellement, environ 1 million de personnes par an meurent prématurément de la pollution de l'air sur le continent. Mais il existe un moyen d'améliorer la situation : la prévention des émissions de polluants climatiques à courte durée de vie (SLCP), comme le méthane et le carbone noir, est cruciale pour que le monde reste en dessous de 1.5 °C. La réduction des SLCP contribuera à la fois à sauver des vies et à protéger l'environnement.

L'Afrique a une énorme opportunité de continuer à se développer durablement. Les décideurs politiques peuvent améliorer le bien-être humain et protéger la nature en investissant dans des solutions pour lutter ensemble contre le changement climatique et la pollution de l'air. Une nouvelle Évaluation intégrée de la pollution atmosphérique et du changement climatique pour le développement durable en Afrique de la Commission de l'Union africaine (CUA), de la Coalition pour le climat et l'air pur (CCAC) et du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), développé par des scientifiques africains dans le cadre d'un processus soutenu par l'Institut de l'environnement de Stockholm (SEI), montre comment les dirigeants africains peuvent agir rapidement dans 5 domaines clés—transport, résidentiel, énergie, agriculture et déchets—pour lutter contre les changements climatiques, prévenir la pollution de l'air et protéger la santé humaine. 

Les actions recommandées par l'évaluation réduisent simultanément la pollution de l'air et préviennent le changement climatique. Les gouvernements africains peuvent tirer de nombreux avantages, notamment :

  • Prévention 200,000 décès prématurés par an d'ici 2030 et 880,000 décès par an d'ici 2063;
  • Réduire les émissions de dioxyde de carbone en 55%, les émissions de méthane par 74%, et les émissions d'oxyde nitreux 40% d'ici 2063 ;
  • Améliorer la sécurité alimentaire en réduisant la désertification et en augmentant les rendements des cultures de riz, de maïs, de soja et de blé, et
  • Contribuer de manière significative aux efforts mondiaux pour maintenir le réchauffement en dessous de 1.5°C et limiter les effets négatifs du changement climatique régional.

Messages clés

Renseignements généraux

La pollution de l'air est une urgence climatique et de santé publique, en Afrique et dans le monde.

  • La pollution de l'air est la plus grande menace environnementale pour la santé humaine et est responsable d'environ 7 millions de décès chaque année dans le monde. Presque tout le monde sur Terre – 99 % de la population mondiale – respire un air pollué qui dépasse les directives de qualité de l'air de l'OMS.
  • En Afrique, plus d'un million de personnes meurent prématurément chaque année à cause de l'exposition à la pollution de l'air intérieur et extérieur. La pollution de l'air nuit de manière disproportionnée aux femmes, aux enfants, aux personnes âgées et aux pauvres. Les groupes vulnérables en Afrique sont les plus exposés aux effets négatifs combinés de la pollution de l'air et du changement climatique sur la santé.

La pollution de l'air et le changement climatique sont inextricablement liés. Ils doivent être abordés ensemble.

  • Les polluants atmosphériques et les gaz à effet de serre partagent souvent les mêmes sources et moteurs, y compris la croissance économique tirée par les combustibles fossiles.
  • Certains polluants, dont les SLCP méthane et noir de carbone, contribuent directement aux deux impacts simultanément.
  • Parce qu'ils sont très puissants et ne durent pas longtemps dans l'atmosphère, une action rapide pour réduire les émissions de SLCP est le moyen le plus efficace de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1.5°C.

Alors que les économies et les populations africaines explosent au cours des prochaines décennies, les gouvernements doivent veiller à ce que les populations et le climat restent sains.

  • La population et l'économie de l'Afrique connaîtront une croissance rapide d'ici 2063. L'Union africaine vise à avoir réalisé son Agenda 2063 et un plan de transformation pour atteindre "Économies et communautés écologiquement durables et résilientes au changement climatique" comme un objectif clé.
  • La population de l'Afrique devrait augmenter de 32 % d'ici 2030 et de 137 % d'ici 2063. D'ici là, on estime que plus de 60 % des Africains vivront dans les villes. Cette croissance rapide s'accompagnera d'une demande massive de transport et de nourriture. Pour parvenir à éliminer la faim d'ici 2063, il faudra près de trois fois plus de nourriture qu'aujourd'hui.
A propos de l'évaluation

L'évaluation de l'Afrique montre une voie à suivre durable. Il vise à atteindre non seulement l'Agenda 2063, mais également les objectifs de développement durable d'ici 2030, malgré les énormes augmentations de l'activité économique, de l'urbanisation et de la population qui accompagneront le développement.

  • L'évaluation est la toute première évaluation intégrée de la pollution de l'air et du changement climatique pour le continent et fournit une base scientifique solide pour l'action en faveur de l'air pur en Afrique, y compris le développement d'un système à l'échelle du continent Programme d'air pur. L'évaluation a été rédigée par une équipe panafricaine avec des contributions de scientifiques et d'experts internationaux.
  • Les recommandations de l'évaluation sont étroitement alignées sur les principales priorités de l'Agenda 2063 et sur les objectifs et cibles des objectifs de développement durable (ODD). Presque toutes les recommandations peuvent être trouvées dans au moins une contribution africaine déterminée au niveau national (NDC) et sont actuellement identifiées comme contribuant à la réalisation des objectifs nationaux d'atténuation du changement climatique.
Recommandations

Dans cinq domaines clés, l'évaluation recommande 37 mesures rentables et éprouvées, notamment :

  • Passer à des véhicules plus propres et à un public sûr et abordable transport, ainsi que le vélo et la marche en toute sécurité
  • Transition vers une cuisson propre et durable et des appareils électroménagers efficaces pour la réfrigération et la climatisation dans le Résidentiel secteur
  • Passer au renouvelable énergie et en augmentant l'efficacité énergétique, en capturant le méthane du pétrole, du gaz et du charbon, et en réduisant considérablement les autres émissions de GES et de SLCP
  • Réduire les émissions de méthane l'agriculture avec de meilleures pratiques d'élevage et de fumier, en réduisant les pertes de récoltes et le gaspillage alimentaire, et en promouvant des régimes alimentaires sains
  • Mieux se développer déchets systèmes de gestion, générant moins de déchets organiques et réduisant le brûlage à l'air libre.

Il existe déjà des preuves que ces solutions fonctionnent. La plupart des 37 solutions ont déjà été mises en œuvre avec succès dans différentes régions d'Afrique. Voici quelques exemples:

  • Transport: Des accords régionaux ont introduit des normes propres en matière de carburant et d'émissions de véhicules, et les importations de véhicules électriques augmentent. De nombreuses villes s'efforcent d'augmenter les transports en commun et les options de transport non motorisé.
  • Résidentiel: Les options de cuisson propre se multiplient à travers l'Afrique, et 40 % des pays africains ont désormais adopté des normes minimales de performance énergétique (MEPS) obligatoires pour la climatisation.
  • LIVRAISON: L'Afrique dispose d'un énorme potentiel d'énergie solaire et les pays ont commencé à fixer des objectifs ambitieux pour l'expansion des énergies renouvelables dans le cadre de leurs contributions déterminées au niveau national (NDC).
    • Plusieurs pays africains se sont engagés à réduire les émissions de méthane du pétrole et du gaz, s'engageant à en éliminer 45 % d'ici 2025 et 60 à 70 % d'ici 2030.
    • Plus de 25 pays du continent ont rejoint le Global Methane Pledge, qui vise à réduire les émissions de méthane d'origine humaine d'au moins 30 % d'ici 2030 dans le monde.
  • L’agriculture: Le mouillage et le séchage alternatifs (AWD) ont été validés avec succès dans toute l'Afrique de l'Ouest. Pour éviter la combustion à l'air libre des résidus agricoles, il existe des initiatives pour aider les agriculteurs à recycler les déchets post-récolte pour différentes utilisations, comme les briquettes de combustible et les résidus et déchets de compostage.
  • Déchets: De nouveaux partenariats public-privé innovants ont commencé à accroître la couverture des services de collecte des déchets dans les zones urbaines.
Route vers le futur

L'Afrique a besoin d'aide pour s'attaquer à ses problèmes de pollution de l'air et de changement climatique. Il est responsable d'une fraction des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais supporte un fardeau disproportionné des impacts négatifs.

  • Tous les pays en dehors de l'Afrique doivent réduire drastiquement leurs propres émissions pour aider à limiter le réchauffement à 1.5°C afin d'aider l'Afrique à éviter les pires impacts du changement climatique et à réduire le coût de l'adaptation.
  • Abritant près de 20 % de la population mondiale, l'Afrique n'est responsable que de 4 % des émissions de dioxyde de carbone. Cependant, le continent est responsable de 13 % des émissions de méthane, ce qui fait de la réduction du méthane un domaine d'investissement d'une importance cruciale, d'autant plus que le méthane est également un précurseur de la pollution par l'ozone troposphérique qui a un impact sur la santé humaine et les rendements des cultures.
  • Les scientifiques, les entreprises, la finance, les acteurs non étatiques, les gouvernements, le développement et d'autres acteurs doivent unir leurs forces pour mettre en commun les ressources et mettre en œuvre les mesures de l'évaluation afin d'obtenir des changements significatifs et percutants.
  • Les pays et les bailleurs de fonds peuvent aider au développement du programme Air pur de la Commission de l'UA pour la mise en œuvre des mesures d'évaluation, tel que soutenu par la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement – ​​CMAE.

Que se passe-t-il si nous n'agissons pas ?

  • Sans changement de politique, les émissions de gaz à effet de serre tripleront d'ici 2063.
  • La pollution de l'air extérieur devrait s'aggraver, causant environ 930,000 2030 décès prématurés par an en 1.6 et environ 2063 million de décès prématurés par an en XNUMX.
  • Malgré les progrès des technologies de cuisson propres, la pollution de l'air domestique causerait encore environ 170,000 2030 décès prématurés par an en 150,000 (2063 XNUMX d'ici XNUMX).
  • Sans action, la croissance économique aggravée par la croissance démographique, l'urbanisation non planifiée et les modes de vie non durables exacerbera les pressions sur les ressources, l'environnement et la santé humaine, et pourrait accroître les inégalités et limiter la capacité de l'Afrique à réaliser un développement durable.

 

Cardan 

Résumé pour les décideurs (ANG/FR)


Brochure de communication (ANG/FR/AR) https://www.ccacoalition.org/en/resources/communications-brochure-integrated-assessment-air-pollution-and-climate-change-sustainable