Le réseau BreatheLife accueille la région wallonne - BreatheLife 2030
Mises à jour réseau / Wallon, Belgique / 2018-04-30

Le réseau BreatheLife accueille la région wallonne:

La région belge de plus de 3.6 million de personnes rejoint le réseau mondial d'air pur

Wallonie, Belgique
Forme Créé avec Sketch.

Le réseau BreatheLife accueille la Wallonie, une région du sud de la Belgique comptant plus de X millions d'habitants.

Ces dernières années, la Région wallonne (ou Wallonie) a déployé des bus hybrides dans plusieurs villes, y compris dans la capitale régionale Namur, a appelé à élaborer des municipalités zéro déchet et a commencé à élaborer un plan actualisé sur le climat, l'énergie et la qualité de l'air. remplacera le courant (2016 - 2022), afin de respecter les objectifs et les obligations de 2030 fixés par l’Union européenne pour ces trois domaines.

Les objectifs de qualité de l’air wallon 2020 et 2030 sont dérivés des objectifs de la Belgique fixés par le Directive UE 2016 / 2284. Sur la base de cette directive, la région wallonne doit réduire ses émissions PM2.5 de 20% pour 2020 et de 39% pour 2030, par rapport au niveau de 2005. La région a également pris des engagements spécifiques concernant les émissions d'oxydes d'azote, de dioxyde de soufre, de composés organiques volatils et d'ammoniac.

La Région wallonne est en bonne voie pour atteindre ses objectifs de réduction 2020 pour le PM2.5 et les quatre autres polluants atmosphériques.

«Nous préparons actuellement le prochain plan de réduction intégré« Air - Climat - Énergie »de 2030, fondé sur des analyses, des études, des réunions avec les parties prenantes et des consultations publiques», a déclaré le ministre de l’Environnement, Transition écologique, Aménagement du territoire, Travaux publics et Mobilité. , Transports, Bien-être animal et parcs d'activités, Carlo Di Antonio.

En ce qui concerne la politique climatique, la cible actuelle de la région en matière de lutte contre le changement climatique pour les secteurs ne faisant pas partie du système d'échange de quotas d'émission consiste en une réduction de 14.7 des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 2005 de 2020. Le nouvel objectif de la Belgique dans le cadre du règlement relatif au partage de l’effort prévoit une réduction de 35 en% par rapport au niveau 2030. L'objectif de la Région wallonne reste à déterminer, l'objectif de la Belgique devant être partagé entre les trois régions de la Belgique.

Les inventaires d'émissions montrent que les émissions atmosphériques de divers polluants ont considérablement diminué en Wallonie, entraînant une amélioration globale de la qualité de l'air depuis les 1990, améliorant la qualité de l'air, principalement en raison de la diminution des besoins énergétiques et de la multiplication par cinq 1990 à 2010. Ces améliorations sont principalement dues à:

• une politique ambitieuse dans les secteurs industriels imposant des normes d'émissions améliorées grâce à l'autorisation et à l'application des MTD, mais aussi à la fermeture de certains grands émetteurs de la sidérurgie;

• améliorations majeures de l'efficacité énergétique, diminution des besoins en énergie, croissance de l'utilisation des énergies renouvelables, performances énergétiques des bâtiments;

• la mise en œuvre des normes de l’euro dans le secteur des transports; et

• mise en œuvre de la législation de l'UE sur les normes des produits.

Les transports constituent désormais un axe majeur de la pollution atmosphérique et de la réduction des gaz à effet de serre. En plus de travailler avec les villes pour déployer les premiers parcs d'autobus électriques, le gouvernement régional prépare une nouvelle stratégie de mobilité qui impliquera des véhicules à faibles émissions, des transports en commun plus efficaces, du covoiturage et des pistes cyclables. Il comprend également un cadre pour la mise en œuvre de zones à faibles émissions (LEZ) dans les principales villes et une interdiction progressive des voitures à essence et diesel à partir de 2023.

Un point culminant sur le front de la gestion des déchets était un nouvel appel à propositions lancé par le gouvernement régional aux municipalités pour que les municipalités ne déclarent aucun déchet plus tôt cette année après le succès d'un premier cycle l'année dernière.

La pollution saisonnière peut toujours être un problème, en particulier les «pics de pollution», les augmentations importantes et rapides des concentrations de particules dans l'air (PM10, PM2.5), qui se produisent en hiver ou au printemps lorsque les conditions météorologiques empêchent la dispersion des particules ou lorsque l'épandage agricole déclencher des niveaux élevés de concentrations de particules secondaires.

Lorsque les concentrations atteignent certains seuils prédéterminés, la région déclenche une plan géré par les wallons Agence de l'air et du climat (AWAC) en collaboration avec le Centre régional de crise (CRC) et le Agence interrégionale de l'environnement belge (CELINE), pour limiter les impacts sur la santé et l'environnement.

Cela peut inclure des mesures de gestion du trafic routier; alertes au public et aux automobilistes et annonces aux citoyens pour promouvoir l'utilisation des transports en commun et décourager le chauffage au bois; et des plans spécifiques aux industries et aux municipalités dans les zones les plus sensibles.

Les mesures préventives comprennent un campagne sensibiliser aux bonnes pratiques en matière de feux ouverts et de poêles à bois, avec de nouvelles vidéos éducatives.

La région wallonne aussi publie des données sur la qualité de l'air en ligne.

Véritable moteur de la révolution industrielle, le voyage dynamique en air pur de la région wallonne a le potentiel d'inspirer de nombreuses régions et villes similaires sur leurs propres transformations vers 2030.

Suivez le voyage en air pur de la région wallonne ici .


Photo de bannière par Stéphane Mignon.